Hier können Sie die Auswahl einschränken.
Wählen Sie einfach die verschiedenen Kriterien aus.
l'événement photographique
Jae-Kyoo CHONG " l'événement photographique "

Jae-Kyoo Chong »

l'événement photographique

Exhibition: 1 Dec – 31 Dec 2006

Galerie Mamia Bretesché

77 rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris

+33 (0)1-42715094


www.mamiabreteschegallery.com

Tue-Sat 14-19

According to Jae-Kyoo CHONG photography is the possibility of operating a fractal vision of the reality. Jae-Kyoo's processus of making photography gives us the possibility to look at reality in definitely different ways by a set of division, a sort of deconstructing the visible. Among the alive Korean artists in France, Chong Jae-Kyoo is one of the most important. The rigour of its method and the inventiveness in his photographics are an evidence. Chong Jae-Kyoo spent more than a half of his life outside his native country, today his work can be considered as a real bridge between two worlds and a synthesis between two concepts of Art. Chong Jae-Kyoo is a plasticien photographer. His method is a double reflection which concerns at first the pictorial language as a system of autonomous signs and then on the possibility of expressing the essence of the reality through this system of none objective signs. He studied philosophy and knows deeply the most important european concepts which gave birth to the major art movements mainly the Suprematism of Malévitch, the Cubism and the Néo-Plasticisme of Mondrian. Having ventured painting a very short time, he is "seized" by the power of the photography. J.L Poitevin "The Weaving of Time" "My work of interweaving photographics consists in repeating the photographic orthogonal interlacing. The photographic image is cut vertically and woven with the Kraft paper cut horizontally. The result of the process finally allows us to perceive the dimension of time in the work _ the time which goes by and with it the entire world_ It can be the same process which connects two moments, between a promise and its execution in a future that is already achieved. Jae-Kyoo Chong 2006 Jae-Kyoo Chong is the founder of the Group "Novembre" of Issy les moulineaux, he lives and works in Paris –France


La photographie selon Jae-Kyoo CHONG ou la possibilité de mettre en œuvre une vision fractale du réel. Par un jeu de découpage, sorte de déconstruction radicale du visible, il nous ouvre la possibilité de recomposer le réel. Parmi les artistes coréens vivants en France, Chong Jae-Kyoo est l'un des plus importants, tant par la rigueur de sa démarche que par l'inventivité dont il fait preuve. Il a aujourd'hui passé plus de la moitié de sa vie hors de son pays natal, c'est pourquoi son œuvre peut être considérée comme un véritable pont entre deux mondes et une synthèse entre deux cultures, entre deux conceptions de l'art. Chong Jae-Kyoo est photographe, photographe plasticien, c'est-à-dire que sa démarche s'inscrit tout entière dans une double réflexion qui porte d'abord sur le langage pictural en tant que système de signes autonomes et ensuite sur la possibilité d'exprimer l'essence de la réalité à travers ce système de signes non objectifs. Il a pour cela étudié de manière approfondie les grands courants européens qui ont donné naissance à la pensée plasticienne, et en particulier le Suprématisme de Malévitch, le Cubisme et le Néo-Plasticisme de Mondrian. Après s'être essayé un temps très court à la peinture, il est comme « saisi » par la puissance de la photographie. Si, dans un premier temps, il use de la photographie dans sa dimension indicielle et documentaire, il se positionne à partir de 1991 comme photographe plasticien. La photographie devient alors pour Chong Jae-Kyoo la possibilité de mettre en œuvre une vision fractale du réel. Par un jeu de découpage, sorte de déconstruction radicale du visible, il s'ouvre la possibilité de recomposer le réel, selon des règles qui relèvent d'une approche purement plasticienne. Comme pour celle de Mondrian, on peut dire de l'approche de Chong Jae-Kyoo, qu'elle est anti-individualiste, anti-subjective, anonyme mais en cela même universelle car elle permet de constituer une véritable «image» du monde. L'orient, dans l'oeuvre de Chong Jae-Kyoo, s'incarne dans cette dimension non subjective et dans cette quête d'une sagesse profonde, l'occident étant présent, lui, à travers la réflexion essentielle sur la puissance autonome des signes et sur la possibilité qu'ils offrent d'ouvrir à une vision purement plastique. Jean-Louis POITEVIN - Paris Août 2006 Le tissage du temps « Mon travail de tissage, qui consiste à répéter l'entrecroisement orthogonal de l'image photographique découpée verticalement et du papier kraft découpé horizontalement est le processus de percevoir le temps projeté et intervenu dans ce travail _ le temps qui s'écoule avec le monde_ Cela peut être le même processus qui relie deux moments entre une promesse et son exécution. Sur l'ensemble de la surface tissée, l'image photographique comme trace du passé se libère de sa fixité et le papier Kraft de sa matérialité. Face à cet état de libération réalisée à la suite du travail photographique, j'éprouve moi-même un sentiment de libération, même sentiment d'un alpiniste parvenu au sommet d'une montagne. Le tissage vers un événement qui ne se réalise que dans l'espace du futur accompli... » Jae-Kyoo Chong - 2006 Dans un monde saturé d'images et sans cesse en mouvement, les photographies minutieusement et patiemment reconstruites de Jae-Kyoo CHONG sont une éthique dans l'art et son exécution. Avec le soutien de l'Institut coréen de la culture dans le cadre de l'anniversaire des échanges diplomatiques entre la France et la Corée

l'événement photographique
Jae-Kyoo CHONG " l'événement photographique "
l'événement photographique
Jae-Kyoo CHONG " l'événement photographique "
l'événement photographique
Jae-Kyoo CHONG " l'événement photographique "